DICTIONNAIRE
DES SPORTS DU
QUÉBEC

Fortier, Marius

bâtisseurs

Né le 29 mai 1926 à Québec. Décédé le 26 août 2005. Discipline : hockey. Bâtisseur.

Considéré comme le « père des Nordiques de Québec », il fut un grand bâtisseur du sport à Québec et dans l'est de la province.

Il débuta sa carrière professionnelle à titre d'inspecteur et gérant de district auprès de la société d'assurance générale des Caisses populaire dès sa fondation en 1947. En 1957, il se joignait à la société La Prévoyance dans le district du Bas du Fleuve et la Côte Nord. De 1961 à 1972, il se retrouvait directeur général de la compagnie d'assurance L'Union Canadienne.

Parallèlement à sa carrière dans le monde de l'assurance, Marius Fortier s'intéressait au hockey. Il mit sur pied la concession des Remparts de Québec dans les années 1960 et qui connut de grands succès avec l'arrivée de Guy Lafleur et la conquête de la coupe Memorial en 1971. Fortier vendit l'équipe en 1971 pour tenter l'aventure du hockey professionnel. En compagnie de ses associés Léo-Paul Beausoleil, Marcel Bédard, Jean-Marc Bruneau, John Dacres et Jean-Claude Mathieu, il acheta la concession de San Francisco pour l'installer à Québec et créer les Nordiques qui allaient évoluer dans l'Association mondiale de hockey de 1972 à 1979.

Fortier fut aussi, à titre de directeur général des Nordiques, celui qui embaucha Maurice Richard à titre de premier entraîneur du club et qui convainquit Jean-Claude Tremblay de quitter les Canadiens de Montréal pour joindre la formation québécoise à l’été 1972.

Il fut aussi cofondateur des Caribous de Québec qui remportèrent le championnat de la Ligue de crosse professionnelle au début des années 70 en disposant en finale des Québécois de Montréal.

Marius Fortier contribua aussi à la création de deux concessions dans la LHJMQ : l'Océanic de Rimouski, puis le Drakkar de Baie-Comeau. Il s'impliqua aussi avec l'équipe de football du Rouge et Or de l'Université Laval à la fin des années 90.

L’engagement de Marius Fortier a aussi rayonné à travers son implication bénévole auprès de nombreuses causes, à titre de président notamment la Confédération des loisirs du Québec, l’Institut d’Assurance du Canada, le Club de ski Redskins, le Club de golf du Lac Beauport, les Jeux universitaires canadiens, la Commission des loisirs de Charlesbourg.

Il est le coauteur, avec le journaliste Claude Larochelle, du livre « Les Nordiques et le circuit maudit » publié en 1978.

Une rue porte son nom à Québec.

Page éditée : 2020.05.02